Steam Memorial

2016
Hardcover edition, 92 pages
20 x 30 cm

Nous étions dans ces bains, plongées dans un espace inconnu, autant privé que public. Nous nous immiscions là comme des intruses. Il fallait fixer cet instant marquant, une transformation profonde s’était produite, intérieure. Nous étions nues, seules ensemble. Il fallait vivre, voir, sentir. La vapeur, les femmes chez elles, la lumière zénithale, la pierre. En revenant il n’y avait plus que nous et notre mémoire déjà altérée. L’ordre des choses est maintenant troublé. L’intensité du moment reste toujours la même. L’entrée dans les bains comme climax de cette histoire, de ce périple. Maintenant tous les événements tournent autour de celui-ci. 

Trois ans se sont écoulés durant lesquels nous avons tenté chacune et ensemble de retenir cet instant. Mais le souvenir vulnérable se transforme à force d’être rappelé, il se façonne. Là bas, le temps semblait suspendu, ralenti, comme retenu par le poids de l’histoire. Poussées dans un bain de soufre vaporeux, l’ensemble paraissait rustique, précaire et vieux, les murs, la tuyauterie, les femmes. C’est peut être cela qui nous habite encore aujourd’hui, cette relation au temps si particulière. Ces photographies sont les seules traces tangibles de ce voyage. Telles des restes de moments vécus.

Fixés sur la pellicule, elle aussi fragile. Les empreintes d’une lumière nouvelle, à plusieurs reprises se sont révélées sur le film sensible, parfois superposées. Comme nos corps poussés dans les bains vaporeux dont l’odeur sulfureuse nous colle encore à la peau. Des photographies floues où se dessinent plusieurs paysages. D’autres aux couleurs vives, presque violentes, comme des incisions. Ces images annonçaient déjà les chemins que notre mémoire allait prendre.